NavigationVie à bord

UNE NUIT EN MER

17 décembre 2016 — by Victor6

main

NavigationVie à bord

UNE NUIT EN MER

17 décembre 2016 — by Victor6

27

La nuit en mer a toujours une saveur particulière. Elle amène avec elle son lot d’émerveillement mais aussi de stress et d’angoisses.

Lorsque la fin de journée approche nous préparons le bateau ainsi que l’équipage qui s’apprête à sombrer dans une obscurité toute relative. En effet,en fonction des phases de la lune et de la couverture nuageuse, les nuits sont plus ou moins sombres. Quand c’est la pleine lune et que le ciel est bien dégagé, par exemple, on voit très bien le relief des vagues et la ligne d’horizon. C’est un éternel lever de soleil. Quand le ciel est tout aussi dégagé, mais qu’il n’y a pas de lune, place au spectacle inouï d’un ciel étoilé comme on en voit qu’en mer, privé de toute lumière artificielle.
Par contre, quand il y a une grosse couverture nuageuse, nous sommes plongés dans une obscurité quasi totale. La visibilité est pourtant bonne puisque l’on aperçoit les feux des autres navires à plus d’une dizaine de milles de distance. Mais sans la moindre lueur au loin, l’existence du monde palpable s’arrête au bout du bateau.

Le fait d’être privé d’un sens est parfois angoissant. On a l’impression de ne plus avoir le plein contrôle du bateau. De ne plus pouvoir anticiper ses mouvements. L’ouïe se fait beaucoup plus alerte et tous les bruits sont exacerbés, le moindre grincement qui nous paraît anodin le jour, se transforme en craquement destructeur de sérénité la nuit. Nous avons appris peu à peu à s’affranchir de ces petites sensations désagréables, pour n’en garder que le meilleur.

Alors avant d’être plongé dans le noir, nous préparons à manger, nous rangeons le bateau si besoin est, nous faisons un point GPS sur la carte, histoire de voir où nous en sommes, nous envoyons un sms au parents pour leur donner notre dernière position, je fais un check up sur le pont pour voir si tout est en ordre, et si nous le jugeons nécessaire nous réduisons un peu la toile, tout ça par anticipation et par confort. La ligne de pêche n’est enroulée qu’au dernier moment. Ça mord très bien au crépuscule. Ça y est, la nuit peut venir, nous sommes prêts à l’accueillir.

Pendant la nuit, il y en a toujours un de nous deux qui veille et l’autre qui dort. On appelle ça faire des quarts. Sur « Happy Squid », nous avons opter pour un 4/3/3/4. Vous allez comprendre.
Julie prend le 1er quart de 8h00 à minuit. Moi pendant ce temps, même si j’ai toujours du mal à aller me coucher avant le coucher du soleil, je dors. Julie me réveille à minuit. Elle prend ma place dans la couchette, et moi j’entame mon quart. A 3h00, rebelote, on échange les rôles une seconde fois, puis une dernière fois à 6h00, où je prends le dernier quart et Julie peut rester dormir jusque 10h. La réalité fait qu’elle traîne souvent jusque 11h ou midi. En bateau, temps qu’on peut se reposer on le fait. Nous dormons ainsi 7h par nuit (8 ou 9 pour Juju), que nous comblons avec une grosse sieste pendant l’après midi.
Pourquoi nous sommes nous organisés comme ça me diriez vous. Et bien d’abord nous avons respecté nos rythmes personnels respectifs . Julie est plus du soir, et moi du matin. Et faire des quarts de 2h ampute un cycle de sommeil naturel. C’est un coup à prendre et après 2 jours le corps se cale sur cette nouvelle cadence sans problème.

Alors que fait-on pendant nos quarts ? Tout d’abord nous avons trois obligations à respecter.
> La première c’est de s’attacher en permanence dès que l’on commence les quarts, et peu importe les conditions. Si l’un de nous deux tombe à l’eau alors que l’autre dort à l’intérieur, qui plus est de nuit, vous pouvez considérer qu’il est perdu. C’est donc une règle en or que l’on respecte scrupuleusement, afin que l’autre puisse dormir sur ses deux oreilles, sans craindre de se réveiller un matin seul à bord. L’horreur!!!
> La deuxième c’est que toutes les 20 à 25 min, en fonction des conditions, nous devons faire la veille. Vérifier qu’il n’y a pas de bateau dans les parage, et si tel est le cas, s’assurer que nous ne faisons pas route de collision.
> La troisième c’est de vérifier que nous suivons toujours le même cap. Notre pilote automatique est un régulateur d’allure. Cela signifie qu’il est réglé sur un certain angle par rapport au vent. Par conséquent si le vent tourne de 90°, le bateau aussi.

Une fois ces obligations remplies, chacun fait ce qu’il veut pendant son quart. On lit, on écoute de la musique, on écrit ce genre d’article, on pense aux escales passées ou à venir, on s’occupe du bateau, on ne fait rien (celui qui ne sait pas rien faire doit beaucoup s’ennuyer en bateau), et moyennant un réveil qui sonne toute les 20minutes on peut même dormir. Moi pour le coup je dors pas mal, à la belle étoile, allongé dans le cockpit, surtout pendant mon quart de minuit/3h. C’est un moment parfait pour rêvasser entre les limbes du vrai sommeil et la pleine conscience. Julie, elle, reste toujours éveillée.

Et puis la nuit a ça de magique. On dit toujours que les océans sont des déserts… C’est faux. Autant le jour il faut scruter la mer pour voir de la faune, et croyez moi on est vraiment servi, que la nuit toute la vie s’illumine. A commencer par le plancton. Chaque petite vaguelette blanche devient lumineuse, la vague d’étrave est toute scintillante, et parfois de gros flashs éclairent subitement sous la surface. Des torpilles de lumière se dirigent droit sur le bateau ! Pas de panique ce ne sont que des dauphins qui viennent nous rendre visite. Il y a de la vie là dessous. Il y a même beaucoup de vies. C’est un spectacle magnifique dont nous ne saurions jamais nous lasser.
Il n’y a pas que dans l’eau que se déroule le spectacle. Le ciel apporte aussi sa dose de whaouu!!! Les étoiles filantes égayent nos nuits. Des rapides, des petites discrètes, des longues et lancinantes, certaines ont d’énormes traînées de feu qui les succèdent et mettent quelques secondes à s’éteindre, alors que d’autres disparaissent derrière l’horizon. Là-haut aussi ça bouge beaucoup. Le ciel a de l’énergie à revendre et le montre bien.

Voilà à quoi ressemble notre quotidien dans l’obscurité des nuits océaniques. C’est moins douillet et plus humide qu’un bon lit je l’avoue. Nous sommes parfois un peu moins sereins que devant un bon film du dimanche, mais nous ne vendrions notre place pour rien au monde.

Bonne nuit à tous.

6 commentaires

  • OLLITRAULT

    17 décembre 2016 at 19 h 23 min

    Coucou les marins
    Je viens de lire votre article et vous suis de temps en temps à travers les océans .Restez prudents et votre belle aventure sera sereine et merveilleuse .
    Nous vous souhaitons un joyeux Noël
    Tata Nadine et tonton Joël
    Gros bisous et belle nuit ⛵️

    Répondre

  • LACTEON

    26 décembre 2016 at 1 h 21 min

    Coucou Happy Squid
    Tout l’équipage de l’Actéon vous envoie un gros bisou en ce jour de Noël 🙂
    Hâte de vous revoir bientôt : peut être en Martinique ? Promis, on vous adresse par mail la photo demandée 🙂 – Profitez bien des fêtes de fin d’année – La bise à Maracudja de notre part – Au plaisir de se retrouver pour un p’tit rhum ensemble …
    PS : pour nous ce soir, ça a été crêpes au caramel au beurre salé … ça doit vous rappeler qq chose !! 🙂 🙂

    A pluchon

    Mika, Sandrine, Chloé et Victor

    Répondre

  • grosset

    27 décembre 2016 at 13 h 22 min

    Vraiment très BIOOO ce texte !
    Des bisous

    Répondre

  • Claudy

    12 janvier 2017 at 13 h 58 min

    Merci de nous faire partager votre incroyable voyage.
    Ce texte est très chouette 🙂
    Bonne année à Happy squid et son équipage, et bon vent,
    La bise
    Claudy

    Répondre

  • Sylvain

    24 janvier 2017 at 16 h 21 min

    je ne lis que maintenant ta prose mais ça me donne envie de grands espaces
    biz à vous deux!!

    Répondre

  • Simon

    29 mars 2017 at 17 h 55 min

    Je fais actuellement du bateau de type voilier en Norvège couplė avex du ski. Et c’est exelent de vous lire. Je pense à vous et à votre aventure. Vos textes laissent place à l’imagination et ça fait du bien.
    Enjoy.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Champs obligatoires *