main

Vie à bordLogistique

TéTRIS

11 avril 2017 — by Victor0

NAV_PAC5
NAV_PAC1
NAV_PAC3

Ceux qui ont la nostalgie de la game boy 1ère génération me comprendront sûrement.

Le constructeur du bateau a imaginé des coffres et des tiroirs derrière chaque cloison et sous chaque cm2 de plancher. Et je dois dire que le Gib’s sea est très bien pensé à ce point de vue là. Nous avons tout de même rajouté quelques rangements pour rendre accessibles de petites choses essentielles à notre vie à bord. A nous de jouer pour que tout ce que nous voulons faire rentrer trouve sa place, et sa bonne place.

C’est ce que l’on appelle un coffre optimisé !

Ce que nous utilisons au quotidien doit être facile d’accès. Il en va de même pour tout ce qui est relatif à la sécurité à bord, bien que nous n’utilisons jamais certaines choses. En cas de pépin, il faut que nous sachions exactement où chaque chose se trouve et que nous ne nous retrouvions pas à déplacer un tas d’autres choses pour pouvoir mettre la main sur la cisaille à haubans par exemple.

Le bateau a deux configurations possible. La config’ nav’ et la config’ escale. Dans les coffres, un maximum de choses sont rangées dans des caisses et des boîtes. Si bien qu’en config’ nav’, dans un des coffres du cockpit, la caisse où se trouve le coffret de fusées de détresse ainsi que celui du matériel de pêche, se trouve devant la caisse où se trouve le matos de plongée. Alors qu’en config’ escale c’est l’inverse.

Le Tétris a commencé à Quiberon et la partie s’est achevée aux Antilles. Il nous a fallu du temps avant de trouver l’organisation optimum pour chaque chose. Et ce n’est qu’en quittant la Martinique, alors que le bateau était chargé au maximum après un gros approvisionnement de nourriture et qu’une deuxième bouteille de gaz soit venue compléter un coffre déjà plein, que nous nous sommes regardés avec un petit sourire en coin en se disant que le bateau était pour une fois bien rangé.

Il nous faudra pourtant repenser encore et encore cette organisation au fur et à mesure des nouveaux souvenirs ramenés par Julie à bord, toujours plus volumineux les uns que les autres. Alors je pesterai « encore », lui expliquant « encore » que nous n’avons plus de place, et « encore » nous trouverons une solution… si bien que je serai encore ravi de constater « ô combien » notre petit bateau est immense. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Champs obligatoires *