Escales

ESPONGEIRO, immersion sur l’île de SANTO ANTAO

1 février 2017 — by Julie0

main

Escales

ESPONGEIRO, immersion sur l’île de SANTO ANTAO

1 février 2017 — by Julie0

210
153
150
158
232
139

Nous avons choisi de laisser le bateau au mouillage pendant trois jours (non sans stress, car les bateaux restés au mouillage plus d’une journée ou deux sont des proies faciles pour les visiteurs nocturnes), histoire d’aller visiter l’île voisine de Santo Antao.

Plus grande, plus haute, et plus verte car plus humide, cette île est le verger du Cap Vert. Les habitants vivent principalement de l’agriculture. Ils y font un excellent rhum qui, ici, est appelé grog (grog cana cana quand il est 100% canne à sucre, en opposition au grog frelaté qui fait des ravages sur le cerveau de certains habitants). Pour visiter l’île comme il se doit, il nous faudrait au moins deux semaines, comme ce n’est pas possible, nous choisissons un point clé, au cœur de l’île, à Espongeiro.

Casa Espongeiro

C’est là que nous attendent Lucie et Alain, un couple Franco/Cap Verdien, dans leur petite auberge (lien vers la « casa Espongeiro »). Au programme, de la rando dans des paysages à couper le souffle. De petits « roads books », conçus par Alain, sont mis à disposition et nous facilitent la tâche car ici rien n’est balisé.

TEAM ESPONGEIRO 2017 : encore de belles rencontres

Nous en sélectionnons quelques-uns et rapidement en sympathisant autour d’un café, d’autres se greffent à nous. Nous découvrons la campagne, leurs habitants, leurs mode de vie, sans presque jamais rencontrer de touristes. Cette partie de l’île est authentique. Chaque itinéraire offre un nouveau paysage, de nouvelles plantations, savamment étagées et irriguées en terrasse.

13h, c’est l’heure de la sortie des classes, souvent en train de crapahuter à ce moment là, nous avons le plaisir de croiser la route des écoliers tous vêtus de chemises bleues. En petits groupes ils marchent parfois plus d’une heure et demi d’un village à l’autre… et avec le sourire. Difficile d’imaginer ça chez nous.
Ici les nuits sont fraîches, cela nous change de la moiteur écrasante de Mindelo. Le repas se passe, chaque soir, dans la salle commune, autour d’une grande tablée. Gare aux petits estomacs car le dîner est gargantuesque. Lucie et Alain, nos hôtes, nous régalent de l’entrée au dessert. La plupart des produits poussent dans leur jardin ou sont transformés directement chez eux : le pain, la glace, la brioche…

 

Vue sur Sao Vincente

 

Difficile aussi de ne pas craquer sur leurs deux enfants, Mizael et Lou-Jeanette, qui manient le créole et le français comme des chefs. Ce qui participera à de durs au-revoir, chargés d’émotions.

Notre visite à Santo Antao aura été trop courte mais ressourçante, un vrai bol de chlorophylle. Nous sommes tout de même heureux de retrouver « Happy Squid », sain et sauf.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Champs obligatoires *