Escales

El puntero

14 décembre 2016 — by Julie1

main

Escales

El puntero

14 décembre 2016 — by Julie1

puntero_3
puntero_2
puntero_1

Avant d’en arriver à une histoire de papilles, tout à commencé par une belle rencontre, enfin « LA » rencontre de ce début de voyage : Joël. Nous sommes arrivés ensemble à Porto Santo, à Madère et nous ne nous sommes plus quitteés. Du haut de son jeune âge, 69 ans, il entame son 5ème tour de l’Atlantique, pas banal ! C’est dans les douches que Victor croisa son chemin, pas banal non plus… me direz vous. Peux être que si on rencontrait les gens pour la toute première fois en maillot de bain, les choses seraient plus simples ! Ça a été le cas avec lui.
Alors on passe des soirées entières à boire ses paroles pleines d’expériences et d’histoires cocasses. Nous avons le plaisir, depuis Tenerife, de connaître sa femme, Lydie, qui le rejoint de temps à autres sur le trajet. Ils nous prennent, nous et un tas d’autres équipages de nos âges, sous leurs ailes. Une façon pour eux, disent-ils, de rester jeunes. Des retraités à la vie bien remplie.

Depuis toutes ces semaines, une chose revient régulièrement aux lèvres de notre joyeux compagnon de voyage… un lieu qu’il affectionne beaucoup. Joël nous raconte qu’en 2002, lors de son tout premier tour de l’Atlantique, il accoste à Santa Cruz de Tenerife, aux Canaries,  avec son Melody.  A la recherche de saveurs authentiques et sur les conseils de la marina, il se rend dans une petite « casa de comida » (petit restaurant local) tenu par une vieille dame : « El Puntero ». A l’époque elle invitait encore les visiteurs en cuisine à humer sous les couvercles. Aussitôt assit il se fît servir un plat de « Chocos con papas arrugadas » accompagné d’un verre de « vino tinto del pais»… la révélation ! Depuis, il n’y a pas un seul de ses tours de l’Atlantique qui y a échappé. Alors c’est comme une évidence, que nous y sommes allés ensemble… Aujourd’hui la boutique est tenu par les enfants. Les lieux, de caractère, ont été conservés intacts.

 

Alors qu’est ce qu’il en est de ce plat ? Passons à la dégustation.

« Chocos con papas arrugadas » (variété de calamars avec des pommes de terres ridées) ; ces petites pommes de terre nouvelles sont cuites dans l’eau salée jusqu’à réduction, laissant une savoureuse croûte de sel. Le secret c’est l’accompagnement… « un mojo de cilantro » (sauce tapas typique au persil ou à la coriandre), avec lequel comme le dit si bien Joël « on baigne ses papas arrugadas dedans ». Ils utilisent pour cette recette une variété importée des Amériques au 15eme siècle et cultivée essentiellement aux Canaries. Pour ceux qui ne serrait pas rassasiés, la maison propose ensuite des desserts frais mais pas moins caloriques (demandez la carte en français, ça vous vaudra une bonne tranche de rire). Une vraie gourmandise !

Un commentaire

  • Mylène

    20 décembre 2016 at 11 h 30 min

    On attend donc la réalisation de ce plat à votre retour.
    De belles rencontres déjà, c’est top !

    Bisous les copains =)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Champs obligatoires *