Navigation

Concarneau > Porto Santo

11 septembre 2016 — by Victor0

main

Navigation

Concarneau > Porto Santo

11 septembre 2016 — by Victor0

9
11
10
8
7
6
5
4
3
13
14

12

On nous avait pourtant bien dit qu’il fallait se méfier du Gascogne. On nous avais averti que lorsque ça souffle au cap Finistère en Galice, ça ne rigole pas. Que l’on ne voit pas forcément ces phénomènes de vents locaux sur les fichiers météo globals. On savait tout ça, on s’était préparé et pourtant…

Il y a un peu moins de 1100 miles nautique (1M=1,850KM) en route directe qui sépare Concarneau de Porto Santo, l’île la plus au nord-est de l’archipel de Madère. En tablant sur une moyenne de 5 nœuds (1nd=1M/h), on pensait mettre dix jours. C’était sans compter sur trois jours de pétole extraordinaire au large du cap Finistère. Mais quand je dis pétole, c’est pétole. Pas une ride sur l’eau, pas un brin d’air pour assurer une moyenne à1nd. Les photos parlent d’elles mêmes. Trois jours passés à faire le bouchon au milieu de nul part. Trois jours où l’océan éprouve mes nerfs et met notre patience à rude épreuve. Un bateau c’est confortable pourvu qu’il avance. Mais quand il est a l’arrêt aux mains d’une houle qui le ballotte à sa guise, croyez moi, on préférerait presque un bon coup de tabac dans lequel on a l’impression de pouvoir faire quelque chose.

2

(faute de pilote… on fait avec les moyens du bord ! Victor bricole l’équivalent avec des chambres à air )

Bon, On ne va pas non plus se plaindre. De telles conditions ont aussi leurs cotés agréables : longues lectures, observation de la faune, toilettes quotidiennes sur le pont, session film d’un soir… Et puis un matin, le vent se réveille à nos cotés, on ressort les voiles et nous voilà portés par les alizés portugais qui nous poussent jusqu’à Porto Santo.

C’était un souhait pour nous de commencer par une “longue” navigation et de ne pas s’arrêter en Espagne ou au Portugal.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Champs obligatoires *