EscalesAnecdotes

C’EST UNE POUPÉE QUI DIT NON NON NON NON NON NON

31 mars 2017 — by Julie0

main

EscalesAnecdotes

C’EST UNE POUPÉE QUI DIT NON NON NON NON NON NON

31 mars 2017 — by Julie0

Habitation Murat

Lors de notre petite escapade à l’habitation sucrière Murat, à Marie Galante, nous avons pris connaissance d’une coutume pas banale : le baptême des poupées.

 

Jusque dans les années 1970, quand une petite fille recevait une poupée de ses parents ou de sa marraine, celle-ci était baptisée selon le même rituel qu’un baptême d’enfant : les parents rencontraient le prêtre pour l’organisation de la cérémonie, un parrain et une marraine étaient choisis par l’enfant, le sacrement était donné par le prêtre lui même.
La cérémonie était suivie d’une fête à laquelle l’enfant conviait ces amis. La petite fille utilisait alors sa dînette (kat ménaj en créole) pour servir les plats. Il était courant que la petite fille garde cette poupée tout au long de sa vie d’adulte. Il arrivait également que des couples sans enfants organisent ce type de cérémonie.

 

Ces poupées passaient outre le racisme de l’époque. De couleurs noires, elles sont devenues militantes : un objet de transmission, de dialogue qui valorise l’estime de soi. Les poupées ethniques donnent aux jeunes filles noires une représentation positive d’elles mêmes, afin qu’elles soient fières de leur couleur de peau. Une étape également vers un changement des idéaux de beauté et le respect des différences.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Champs obligatoires *