main

Vie à bordAnecdotes

CARRéNAGE (SI PAS REQUIN)

9 février 2017 — by Victor0

Voici notre liste de corvées avant la traversée :
> faire le plein d’essence
> recoudre génois
> graisser les winchs
> carrénage (si pas requin)
> lessives
> …

La partie immergée de la coque d’un bateau (la carène) est plongée dans un élément naturel très favorable au développement de la vie : L’EAU. Et comme la vie n’a pas assez de place dans l’immensité des océans, une multitude de petites algues et de petits animaux s’accrochent sous la carène.

Faire voyager tout ce beau monde avec nous, à première vue, pas de problème. Sauf que quand ils deviennent trop nombreux, cela freine considérablement notre chère « Happy Squid ». Et se dire que l’on va mettre deux jours de plus à traverser l’Atlantique à cause de quelques malheureux pousses pieds, on rêve !!! (oui oui, vous avez bien lu, des pousses pieds).
Une seule solution !! Prendre son masque, une éponge, une bonne respiration et descendre en apnée frotter la coque. Mais il y a un problème. Un énorme problème. Un problème qui a des dents énormes et qui n’a pas besoin de reprendre sa respiration : LES REQUINS. Je suis flippé des requins. En mode peur phobique de base. Et vous savez quoi ? Comme par hasard les eaux Cap-Verdiennes sont réputées être infestées de ces bébêtes là. Il va pourtant bien falloir que je me mette à l’eau.
Julie m’accompagne dans cette épreuve. Elle aussi se met à l’eau pour frotter la ligne de flottaison. Le premier quart d’heure est insupportable, je fais n’importe quoi sous l’eau. Je dépense de l’énergie pour rien et mes apnées ne durent que 5 secondes. Puis j’arrive à mettre cette crainte de côté le temps d’une petite heure. Je me détends peu à peu, les apnées deviennent de plus en plus longues et le travail de plus en plus efficace.
Je sors de l’eau sous les félicitations de Julie et fier de moi d’avoir vaincu cette peur. Ça ne m’empêchera pas de me faire gentillement charrier par les autres équipages à l’apéro le soir venu.

 

Alors… Les requins au Cap-Vert info ou intox. Et bien regardez plutôt ce que Julie a réussi à shooter à 2 milles des côtes de Sao Antao au départ de la traversée. Vu l’ombre sous la flotte, il devait bien faire 4 ou 5 mètres… No coment …

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée. Champs obligatoires *